Les aides à domicile ont la parole

Lundi 28 septembre, une vingtaine d’aides à domicile du territoire étaient réunies à la salle Jean Guillot àYvrac sur l’initiative du Centre Intercommunal d’Action Sociale du secteur de Saint-Loubès. A leur côté, Sylvie Brisson, maire d’Yvrac et conseillère communautaire déléguée aux ressources humaines, ainsi que des élus communautaires, membres du CIAS : Frédéric Dupic, maire de Montussan (président), Nanou Laurentjoye adjointe à Sainte Eulalie, (vice-présidente), Emmanuelle Favre, maire de Saint Loubès, Sylvie Ayayi, adjointe à Sainte Eulalie et Sylvie Fonteneau, adjointe à Montussan. Était également présente Martine Perry (membre nommé du CIAS, élue à Sainte-Eulalie).

L’objectif de cette réunion était de permettre aux aides à domicile de faire le point sur leur métier et leurs conditions de travail suite au confinement en cette période de crise sanitaire. A tour de rôle, chacune a pu verbaliser son ressenti. « Personne n’était préparé à une telle crise. La solidarité a beaucoup joué entre nous, et nous avons été bien accompagnées par les services administratifs » a notamment souligné l’une d’elle.

Si du côté de l’équipement (masques, gel, gants), tout a bien fonctionné, notamment grâce au travail en amont des agents du CIAS, beaucoup ont fait remonter la solitude de certains bénéficiaires dans cette période difficile : « Il est nécessaire que les familles prennent le relais dans l’accompagnement »

Il faut dire que la COVID-19 a entraîné un changement dans les pratiques, avec un peu plus de distance, ce qui engendre parfois une incompréhension chez les personnes âgées. « Beaucoup d’anciens ont du mal à dire : ”J’ai besoin de…”. C’est donc important d’être auprès d’eux ».

Service déterminant pour le maintien à domicile, le CIAS du secteur de Saint-Loubès emploie 32 aides à domicile pour environ 150 bénéficiaires.

 

Une partie des aides à domicile du territoire. Elles sont 32 en tout, à travailler auprès d’environ 150 bénéficiaires.
Chacune a pu exprimer son ressenti face à la crise sanitaire.
Les élus locaux ont écouté et échangé avec attention.